Archives de catégorie : La 39e édition

SERRAS DA DESORDEM : L’UTOPIE DU REGARD DE L’AUTRE ET SA DÉCONSTRUCTION

par Lucia Ramos Monteiro (15 avril 2015)

texte initialement paru sur le site www.debordements.fr

SERRAS DA DESORDEM : L’UTOPIE DU REGARD DE L’AUTRE ET SA DÉCONSTRUCTION

 

Le film s’ouvre sur l’image, tournée en 35mm noir et blanc, d’un Indien seul dans une clairière. Avec des gestes précis, il allume un feu et s’installe. Maintenant en couleurs, le film montre un groupe d’Indiens, adultes et enfants, dans ce qui pourrait être la même clairière. Ils jouent, se baignent dans une rivière, puis quelqu’un ravive une braise. Après l’image violente du passage d’un train à grande vitesse à travers la forêt, le jeu d’alternance noir et blanc / couleurs, qui ponctuera d’ailleurs tout le film, se trouve enrichi par l’arrivée d’images de textures et de provenances hétérogènes — 35mm, vidéo, extraits issus d’émissions télévisées, de films institutionnels, de documentaires, de longs-métrages. Ce n’est qu’après ce montage d’images d’archives, terminé à la 25ème minute du film, que nous voyons apparaître à l’écran le titre : Serras da Desordem. Continuer la lecture de SERRAS DA DESORDEM : L’UTOPIE DU REGARD DE L’AUTRE ET SA DÉCONSTRUCTION

Dé/montage(s)

« Ceux-là seuls comptent qui se lancent vers l’inconnu. On ne découvre pas de terre nouvelle sans consentir à perdre de vue, d’abord et longtemps, tout rivage. »

André Gide, Les Faux-monnayeurs

 

Nightcleaners, part 1

Cette rétrospective théorique et militante est née d’un sentiment de méfiance croissant envers l’idée que le cinéma pourrait donner sens au réel de façon immédiate. Les films qu’elle rassemble affirment la nécessité d’explorer les puissances plastiques du langage filmique, afin de régénérer le cinéma du réel sur de nouvelles bases. Cette programmation a été conçue comme une sorte de Meccano filmique : un jeu de construction où l’on monte et l’on démonte les formes, les genres, les idéologies du cinéma du réel. La structure porteuse de cet objet en constante transformation, c’est évidemment le montage, qui établit un territoire d’exploration à la fois créative et théorique. Le montage : principe fondamental de composition pour une programmation de films rares et hors norme, tous réalisés à partir d’une conception du sens constructiviste et processuelle. Continuer la lecture de Dé/montage(s)

TONACCI : LE CINEMA, L’AFFECTION ET LA VOCATION DU DOUTE

par Cristina Amaral

 

Andrea Tonacci

La force et la beauté du cinéma d’Andrea viennent d’abord, selon moi, de sa posture intègre et inquiète, qui ne s’accommode pas de certitudes, ne suit aucune formule et ne ment jamais. On ne trouvera pas, dans ses films, un seul photogramme dans lequel il n’ait cru complètement.

Ce cinéma désobéissant et risqué qui jaillit de l’écran avec la chaleur, le rythme cardiaque, l’odorat, l’engagement de la vie, ne cède pas à la vanité, au marketing, à l’argent. Il a du caractère, ne se plie pas aux stratégies et exige que nous, spectateurs, ayons également un regard plus attentif, plus réfléchi et moins passif. Il ne simplifie jamais et ne rentre dans aucune case. Il ne s’explique pas. Continuer la lecture de TONACCI : LE CINEMA, L’AFFECTION ET LA VOCATION DU DOUTE

Les jurys 2017

JURY COMPÉTITION INTERNATIONALE

Tina Baz Legal, France-Liban (monteuse)
Anne Georget, France (réalisatrice, présidente de la SCAM)
Luciano Monteagudo, Argentine (critique, programmateur)

Le jury de la Compétition Internationale décerne le : 
> GRAND PRIX CINÉMA DU RÉEL (8000€ doté par la Bibliothèque publique d’information avec le soutien de la Procirep)
> PRIX INTERNATIONAL DE LA SCAM (5000 € doté par la Scam)

 

JURY COMPÉTITION FRANÇAISE

Eric Hynes, USA (écrivain, critique et programmateur Museum of the Moving Image)
Nathalie Streiff, France, (Institut Français)
Nanako Tsukidate, Japon (programmatrice Hiroshima Film Festival)

Le Jury de la Compétition Française décerne le PRIX DE L’INSTITUT FRANÇAIS LOUIS MARCORELLES (7000€ doté par l’Institut français)

 

JURY COMPETITION PREMIERS FILMS + COURTS-METRAGES

Safia Benhaïm, France (réalisatrice et photographe)
Kumjana Novakova, Bosnie-Herzégovine (réalisatrice, productrice, programmatrice – Pravo Ljudski Film Festival, Sarajevo)
Marta Ponsa, Espagne (responsable de projets artistiques Jeu de Paume)

Le Jury de la Compétition premiers films et courts-métrages décerne :  
> PRIX JORIS IVENS / Cnap (7500 € doté par Marceline Loridan-Ivens, le Cnap et l’association des Amis du Cinéma du réel) à un film de la Compétition Internationale Premiers Films.
> PRIX DU COURT MÉTRAGE (3500€ dont 1000€ de prestations techniques, doté par la Bibliothèque publique d’information et par Cinécim Vidéo)

 

LE JURY DES BIBLIOTHÈQUES

Le jury est composé de 2 bibliothécaires, Sophie Alaux (médiathèque du Grand Cahors), Stéphanie Alexandre (médiathèque Abdelmalek Sayad) et du cinéaste Nicolas Hans Martin (réalisateur).

Il décerne le PRIX DES BIBLIOTHÈQUES (2 500 € doté par la Direction générale des médias et des industries culturelles, Ministère de la Culture et de la Communication, il s’accompagne d’un achat de droits automatique par la Bibliothèque publique d’information, permettant au film d’intégrer son catalogue national).

 

LE JURY DES JEUNES

Le Jury des jeunes est composé de Sévérine Rocaboy (directrice et programmatrice du cinéma Les Toiles – St Gratien) et de cinq lycéens, Eva BalantzenbergArthur Dujardin (Lycée Turgot, Paris 3e), Morgann FremionAntoine HornDoan Dang Pham (lycée technique privé Saint-Nicolas, paris 6e).

Le PRIX DES JEUNES, (2500€ doté par l’association des Amis du Cinéma du réel avec le soutien de la Mairie de Paris) est remis à un film des compétitions de longs-métrages

 

LE JURY DE LA MUSIQUE ORIGINALE

Selma Mutal (Compositrice)

Elle décerne le PRIX DE LA MUSIQUE ORIGINALE (1 000 €), doté par la Sacem, avec l’aide de  l’UCMF (L’Union des compositeurs de Musique de Film)

 

LE JURY DE DÉTENUS DE LA MAISON D’ARRÊT DE BOIS-D’ARCY

> Il remet un prix à un court-métrage de la compétition.