ENTRETIEN AVEC VALERIA SARMIENTO

La Telenovela Errante, film d’ouverture (Séance Spéciale)

La Telenovela Errante est un projet au long cours, initié à la fin des années 1980 et abandonné, comment l’avez-vous redécouvert et comment la production a-t-elle recommencé ?

Raul avait débuté ce film comme un stage pour de jeunes techniciens et comédiens au moment où la dictature s’est achevée au Chili. Le stage impliquait la réalisation de courtes séquences. Il a laissé ces images de côté parce que ce n’était alors qu’un atelier de travail, pas un projet de film. Tout était d’ailleurs largement improvisé, avec des dialogues écrits quelques minutes avant le tournage par Raul pour les participants du stage.

Pourquoi avoir repris le projet ?

La Cinémathèque au Chili a retrouvé les négatifs et j’étais curieuse de les regarder. Ensuite, on a récupéré des copies de travail à l’Université de Duke où Raul avait enseigné, et petit à petit, on a créé quelque chose, jusqu’à donner forme à ce matériau, le rendre lisible.

Cela explique le montage du film et l’enchâssement des récits ?

Oui, Raul n’avait pas du tout prévu cela. Il avait tourné quelques jours, sans idée préconçue. j’ai décidé d’organiser la matière en chapitres, de donner un titre à chacun, de détourner la télévision pour donner la sensation d’un vertige, de façon à ce qu’on ne sache plus si on est à l’intérieur d’une télévision ou à l’extérieur de l’écran.

Le film est présenté en ouverture du festival, qu’est-ce que cela représente pour vous ?

J’en suis très heureuse, et c’est une belle récompense pour tout le travail accompli ! J’avais présenté un film il y a plusieurs années au festival, et je sais que Raul s’est trouvé très lié à l’histoire du Centre Pompidou où il a été invité à plusieurs reprises, donc c’est évidemment une grande joie de présenter le film dans ce contexte.

OCH