Une rétrospective : Qu’est-ce que le réel ? 40 ans de réflexions

Une rétrospective : Qu’est-ce que le réel ? 40 ans de réflexions
What is real? 40 years of thinking

Pour fêter les 40 ans du Réel, nous poserons nos pas dans ceux de son cofondateur Jean Rouch, explorant la voie de l’amitié qui le conduit en 1997 à cosigner un chef d’œuvre avec Manoel de Oliveira, En une poignée de mains amies, et nous permet aujourd’hui d’écouter les signes qu’entre eux s’envoient les cinéastes attentifs au monde.
To celebrate the 40th anniversary of the Réel, our steps follow the footprints of its co-founder, Jean Rouch, exploring the path of friendship that in 1997 led him to co-direct the masterpiece En une poignée de mains amies with Manoel De Oliveira and which today helps us to listen to the signs that filmmakers mindful of the world exchange with each other.

Programmé par/Curated by Nicole Brenez & Nicolas Klotz

 

Trópico de Cáncer

PATRICIO GUZMAN présente/presents
Trópico de Cáncer de/by EUGENIO POLGOVSKY
Mexique/Mexico, 2004, 53’

Trópico de Cáncer, description des pratiques par lesquelles une famille mexicaine survit entre désert immémorial et autoroute contemporaine, a reçu le Prix Joris Ivens lors de l’édition 2005 de Cinéma du réel. – Nicole Brenez
Tropic of Cancer, a description of the practices enabling a Mexican family to survive between an age-old desert and modern-day
highway, received the Joris Ivens award at the 2005 Cinéma du réel” – Nicole Brenez

En présence de/with Patricio Guzmán et de/and Mara Polgovsky

 

Ice


ERIC BAUDELAIRE
présente/presents
Ice de/by ROBERT KRAMER
USA, 1970, 140’

« Un film dont les personnages sont incertains de l’avenir, réalisé par des êtres qui inventent d’un même geste la forme d’un film et d’une lutte. » – Eric Baudelaire
« A film about people who are not sure about the future, by people inventing the form of a film and a struggle. » – Eric Baudelaire

En présence de/with Eric Baudelaire

 

JOCELYNE SAAB présente/presents
The Silent Majority Speaks de/by BANI KHOSHNOUDI
Iran, 2014, 94’

« En Iran, les élections confisquées de juin 2009 ont entraîné de grandes manifestations, une opposition violente et de nombreux morts. Bani Khoshnoudi récupère, juxtapose et analyse des images tournées à la volée, apportant un éclairage nécessaire sur la révolte.» – Jocelyne Saab
“In Iran, the rigged elections of June 2009 led to large-scale demonstrations, violent protests and left many dead. Bani Khoshnoudi has collected, juxtaposed and analysed images filmed on the fly, bringing much needed insight into the revolt.” – Jocelyne Saab

En présence de/with Jocelyne Saab
et de/and Bani Khoshnoudi

 

WILLIAM KLEIN présente/presents
Broadway By Light de/by WILLIAM KLEIN
USA, 1958, 11’
et The Messiah (Le Messie) de/by WILLIAM KLEIN
USA, 1999, 135′

« Ce sont mon premier et mon dernier film. » – William Klein
“These are my first and last films.” – William Klein

En présence de/with William Klein

Les Lettres de Stalingrad

EDGAR MORIN présente/presents
Les Lettres de Stalingrad de/by JACQUELINE VEUVE
Suisse/Switzerland, 1972, 30’

« Le film de Jacqueline Veuve, cette cinéaste de talent amie de nos équipées du Comité du film ethnographique des années 1950, sait écouter le son du glas dans les missives des soldats allemands encerclés par les Soviétiques à la bataille de Stalingrad. » – Edgar Morin
“The film of Jacqueline Veuve, a talented filmmaker and friend in our adventures at the Ethnographic Film Committee in the 1950s, deftly listens to the death knell in the letters of German soldiers surrounded by the Soviets at the Battle of Stalingrad.” – Edgar Morin

 

En présence de /with Edgar Morin, Monique Peyrière
et/and Chiara Simonigh

 

NICOLAS KLOTZ et/and ELISABETH PERCEVAL présentent /present
Appunti per un’Orestiade africana (Carnets de notes pour une Orestie africaine) de/by PIER PAOLO PASOLINI
Italie/Italy, 1970, 65’

« En déplaçant son cinéma vers l’Afrique, Pasolini fracasse les frontières du documentaire et de la fiction. Carnet de notes pour une Orestie africaine interroge son cinéma autant qu’il le critique. C’est un film habité par un élan cinématographique en direction du passé, du présent et de l’avenir. » – Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval
“By moving his filmmaking to Africa, Pasolini shatters the frontiers between documentary and fiction. Notes for an African Orestes not only questions his cinema but also critiques it. The film is inhabited by a cinematographic impetus towards the past, present and future.” – Nicolas Klotz and Elisabeth Perceval

En présence de/with Nicolas Klotz et/and Elisabeth Perceval

 

JOHN GIANVITO présente/presents
Chile, la memoria obstinada (Chile, Obstinate Memory) de/by PATRICIO GUZMAN
Royaume-Uni/UK, 1997, 59’

« De retour au Chili après 23 ans de dictature, Guzmán dans Chili, la mémoire Obstinée nous transmet sa vision perspicace et utile, ainsi que cet enseignement précieux : les liens forgés au cours d’une même lutte pour la justice sont indissolubles. » – John Gianvito
“Returning to Chile after 23 years of dictatorial rule, Guzmán in Chile, Obstinate Memory provides us with many useful insights, including the special knowledge that bonds forged in the struggle for justice are indissoluble.” – John Gianvito

En présence de/with John Gianvito et/and Patricio Guzmán

D’Est

VALERIE MASSADIAN et/and CLAIRE ATHERTON présentent/present
D’Est (From the East) de CHANTAL AKERMAN
France, 1993, 115’

« Une parole impossible, un mutisme face à un monde qui s’écroule. Pas de commentaire, pas d’explication, et encore moins de mise en contexte. Seuls des corps, des visages, des gestes, qu’Akerman filme en mouvements presque liquides. » – Valérie Massadian
“Impossible words, a mutism in the face of a collapsing world. No commentary, no explanation and not a trace of context. Simply bodies, faces and gestures, which Akerman films in almost liquid movements.” – Valérie Massadian

En présence de/with Valérie Massadian et/and Claire Atherton

 

A Question of Leadership

 

LECH KOWALSKI présente/presents
A Question of Leadership de/by KEN LOACH
1980, Grande-Bretagne/UK, 50’
Et/and Which Side Are You On? de/by KEN LOACH
1985, Grande-Bretagne/UK, 53’

« L’approche esthétique de Ken Loach est aussi importante que les sujets et les thèmes de ses films. Son travail participe d’une mémoire publique collective que les structures du pouvoir voudraient effacer. Que redoutent-elles ?» – Lech Kowalski.
“Ken Loach’s aesthetic approach is as important as the subjects and themes in his films.His work is part of a collective public memory that the power structures would like to have erased.What are they afraid of?” – Lech Kowalski

En présence de/with Lech Kowalski

 

 

ANDREA PAGANINI présente/presents
Ciné-portrait de Bill Witney de/by JEAN ROUCH
France, 1986, 12’ – inachevé
Ciné-portrait de Raymond Depardon par Jean Rouch et réciproquement de/by JEAN ROUCH et/and RAYMOND DEPARDON
France, 1983, 12’
Cinemafia. Rencontre 1. Jean Rouch parle avec Joris Ivens et Henri Storck de/by JEAN ROUCH (photo)
Pays-Bas/Netherlands, 1980, 33’
Rushes inédits de/unseen rushes from “Jean Rouch et sa caméra au cœur de l’Afrique (Niger-France, 1977-78)” de/by PHILO BREGSTEIN / 1978, 35’

« Une séance de courts métrages de Jean Rouch réalisés à plusieurs mains et à plusieurs voix, achevés ou non, et de rushes inédits d’un film sur Rouch auquel il participe – ayant pour motif la passion du cinéma, dite et montrée en direct, partagée et transmise. » – Andrea Paganini
“A series of finished and unfinished shorts by Jean Rouch, made with the help of several hands and several voices. And the as-of- yet unseen rushes from a film on Rouch, in which he appears – inspired by a passion for cinema, voiced and shown live, shared and transmitted.” – Andrea Paganini

                               En présence/with de Inoussa Ousseini,
Raymond Depardon (sous réserve/to be confirmed),
Andrea Paganini.

 

++++++++++++++++++++

SAMEDI 31 MARS / SATURDAY MARCH 31
 « Que ferais-je de cette épée ? »

Comment les cinéastes contemporains conçoivent-ils/elles les liens de leurs images à l’écriture du réel ainsi qu’à l’archive, comment s’élaborent leurs modes de description, narration, montage, comment s’inventent leurs protocoles, stratégies, desseins d’ordre documentaire ? Arme défensive de l’empreinte et de l’imago, arme offensive de la critique et de l’intervention, le cinéma a inventé beaucoup de conceptions du réel, exploré de nombreuses dimensions de la réalité, expérimenté sans cesse de nouvelles relations avec les phénomènes. Lesquelles, comment, pour quels effets ? Qu’a-t-il accompli et que peut faire encore le cinéma ?
How do contemporary filmmakers conceive their images’ relationships to capturing the real and to the archive? How do they develop their own modes of description, narration, and editing? How do they invent their own documentary protocols, strategies, and aims? As an imprint and imago, cinema is a defensive weapon, but it is also an offensive weapon, a means of criticism and intervention. It has invented many conceptions of the real, explored many dimensions of reality, and constantly experimented with new ways of relating to events and phenomena. What are the nature, conditions and effects of such practices? What has been accomplished by cinema and what can it still do?

Table ronde avec / Public talk with : Claire Atherton, John Gianvito, Nicolas Klotz, Lech Kowalski, Valérie Massadian, Elisabeth Perceval, Jocelyne Saab.
Animée par / facilated by Pascale Cassagnau et/and Nicole Brenez.