Dans la presse aujourd’hui – 18 mars :

Maria Bonsanti • Directrice artistique, Festival Cinéma du Réel

par Fabien Lemercier pour Cineuropa.org 

Alors que les documentaires font de plus en plus parler d’eux à l’échelle de l’industrie cinématographique mondiale, Cineuropa a rencontré Maria Bonsanti, directrice artistique depuis 2013 du célèbre festival Cinéma du Réel dont la 38e édition se déroule à Paris du 18 au 27 mars, avec entre autres invités Sergueï Loznitsa, l’écrivain Orhan Pamuk, Frederik Wiseman et Nikolaus Geyrhalter.

Cineuropa : Quelles sont la ligne éditoriale et les tendances de cette édition 2016 de Cinéma du Réel ?
Maria Bonsanti : La question de « comment faire quand il n’y a pas d’images ou quand on ne peut pas filmer » traverse le programme, aussi bien la compétition que les sections parallèles. Elle est posée de façon directe dans la section « Rejouer », et elle se décline aussi à travers le Focus sur les archives nationales d’Albanie sous l’angle des films censurés ou qui racontent la version officielle de l’Histoire. Ce sujet de la « reconstruction » est aussi présent dans notre film d’ouverture, Entre les frontières [+] d’Avi Mograbi qui voit des migrants retenus en camp de détention en Israël remettre en scène leurs parcours.

>>>Lire la suite


 

Franco Piavoli, la découverte d’un cinéaste de 82 ans au Cinéma du réel

par François Ekchajzer pour Télérama

pianeta - ghiacci

Dans son village de Lombardie, l’Italien Franco Piavoli construit depuis les années 50 une œuvre singulière et méconnue, à laquelle Cinéma du réel consacre, du 18 au 27 mars, la première grande rétrospective.

>>>Lire l’article 


 

Le cinéma documentaire : la vraie voie ?

La 38e édition du « Cinéma du réel » se déroulera du 18 au 27 mars, au Centre Pompidou. Sur les 41 films présentés, venus de tous les pays, « l’Obs » propose une petite sélection.

>>>Lire l’article de L’Obs 


Complainte amérindienne au Cinéma du réel

Par Jacques Mandelbaum pour Le Monde

Une préoccupation diffuse, mais récurrente – fantomatique dirait-on –, hante, depuis quelques années, la production cinématographique du continent américain. Il y a de quoi, s’agissant de l’ethnocide des peuples autochtones d’Amérique, réduits comme peau de chagrin par l’effet de la colonisation européenne.

>>>Lire la suite sur Le Monde